lundi 27 novembre 2017

VILLANDRY



Château de Villandry

Visite du château de Villandry le mercredi 11 octobre 2017

Le château de Villandry fut construit en 1536 par Jean Le Breton, ministre des finances de François 1er. Il rasa alors une forteresse médiévale dont seul le donjon subsiste aujourd’hui.
En 1754, le marquis Michel-Ange de Castellane, issu d’une famille illustre de la noblesse provençale, prit possession du château et le réaménagea aux normes du confort du XVIIIe siècle.
En 1906, le château fut acheté par Joachim Carvallo (1869-1936 - médecin) (et son épouse américaine Ann Coleman, héritière d’une riche famille de la sidérurgie), arrière-grand-père du propriétaire actuel. Il créa alors des jardins dans le style de ceux qui existaient  au XVIe siècle, en parfaite harmonie avec l’architecture du château.
Joachim Carvallo et son épouse Ann Coleman ont passionnément  collectionné les tableaux anciens, avec une prédilection pour le Siècle d’or de la peinture espagnole, le XVIIe siècle. C’est d’ailleurs en vue d’exposer leur collection qu’ils achetèrent Villandry. Leurs toiles avaient en effet acquis une grande notoriété avant la guerre de 1940. Cette importante collection de tableaux de l’école espagnole (Velasquez, Zurbaran, Greco Goya, Titien, Ribéra, etc.) a fait l’objet d’une exposition à Paris en 1929. Elle aurait été la plus importante collection privée de peinture espagnole au monde.
Mais elle fut ensuite dispersée par l’effet des successions. Malgré cela, Villandry possède encore aujourd’hui une très belle collection de tableaux que Henri Carvallo, arrière-petit-fils de Joachim, tente aujourd’hui de reconstituer.

Maquette du château et des jardins

Ec. Française (19e) : Portrait de Georges Cadoudal, chef des Chouans

Ec. napolitaine (17e) : nature morte aux Fruits

Ec. espagnole (17e) : Portrait d'Homme
Ec. espagnole (17e) : Portait de  Dame de qualité (à gauche)  
Ec. espagnole (17e) : Portrait de Charles II d’Espagne (en haut)
-Juan de Arellano (17e) : Vase de fleurs. 2 pendants

Ec. espagnole (17e) : L’Homme au rébus. (Le rébus est en haut à gauche)

Giovanni Battista Lampi (1751-1830) : Portrait d’un Homme des Lumières. Portrait de l’artiste
Ec. espagnole (17e) : Vierge à l’enfant. Bois polychrome

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841) : Magnifique guéridon ayant appartenu à Jérôme Bonaparte. En cours d’acquisition (210 000€)

Salle à manger
Jacopo Clementi, dit L’Empoli (1551-1640) : La Jeune Cuisinière

Dans l’escalier
Ec. de Goya (19e) : St Norbert de Xanien


Chambre du Prince Jérôme Bonaparte

Ec. française (19e) : Enfant avec un carton à dessin

Ec. française (19e) : Portrait d’Augustin Choppin d’Arnouville
-Enfant en tenue d’apparat
-Jeune Fille au Bonnet
-Portrait de François Choppin d’Arnouville

Chambre verte d’Ann Coleman
Marie-Laurence Gaudrat : Portrait d’Henri Carvallo (2010)

Charles Milcendeau (1872-1919) : Portrait de François Carvallo
Charles Milcendeau : Portrait d’Isabelle Carvallo (au centre)
Charles Milcendeau : Portrait d’Ann Coleman (à droite)

Ec. espagnole (17e) : nature morte au Perroquet

La bibliothèque
Ec. française (1ze) : Portrait de René Choppin

Fray Juan Andres Rizi : Portrait d’un Universitaire. Présumé François Suarès, théologien

Johan Heinrich Schönfeld (1609-83) : Le Philosophe au Miroir

Luca Giordano : Le Géomètre

Chambre de Joachim Carvallo
Alonso Cano : St François. Statue en bois polychrome

Primitif aragonais (15e) : Le Couronnement de la Vierge

Luis de Morales (1509-86) : Vierge au Fuseau

Luis de Morales : Piéta

Ec. espagnole (17e) : Joueurs de dés dans un Paysage


Ec. française (17e) : nature morte aux nombreuses pièces de Gibier

Ec. italienne (18e) : Paysage de Ruines

Salle consacrée à des œuvres religieuses
Giacomo Farelli (1624-1706) : Saint Sébastien

Alejandro Loarte - Ec. espagnole (18e) : Saint Jean de Matha distribuant des aumônes

Alonso Cano (1601-67) : St François recevant les Stigmates

Atel. de Zurbaran (17e) : St François et l’Ange musicien

Deux éléments d’un Chemin de Croix – bois polychrome (17e)

Luca Giordano : La Tentation de St Antoine


Ec. espagnole (19e) : Portrait d’une Femme malade (à gauche)

Ec. espagnole (19e) : Gitane

José Casado del Alisal (1831-86) : Décapité pendu par les Cheveux 
Cette tête est une étude d'un tableau de José Casado del Alisal, illustrant une légende aragonaise : La Cloche de Huesca (1874 - Mairie de Huesca)
-Atel. de Goya (19e) : Nain assis
-Ec. espagnole (17e) : Profil d’un Homme chauve



Ec. Espagnole ‘17e) : Vanité au Crâne

Ec. Espagnole (17e) : Le Martyre de St Barthélémy

Ec. Espagnole (17e) : Nature morte au Livre



Galerie de peintures
Giovanni Francesco Bezzi (1530-71) : Mariage mystique du Christ et de l’Église

Ignacio de Ries (1612-61) : L’Annonciation. Suiveur de Zurbaran

Ec. de Murillo (17e) : Vierge de l’Immaculée Conception

-Ec. de Murillo (17e) : Assomption de la Vierge

Ec. de Murillo (17e) : Le Christ au Roseau

Martin de Vos (1532-1603) : Déploration

Ec. espagnole (17e) : Déploration du Christ

Ec. de Van Dyck (17e) : Le Christ en croix

Alonso Berruguete (1490-1561) : St Michel terrassant le Dragon. Bois polychrome
 -Ec. espagnole (17e) : La Résurrection du Christ

Ec. allemande (16e) : St Jean – St Paul. Peintures sur bois

Ec. flamande (17e) : L’Ascension 

Ec. flamande (17e) : Le Baiser de Judas 
– Jésus parmi les Docteurs de la Loi – Nativité


Salon oriental – Le plafond provient du palais des ducs de Maqueta, construit au XVe s. à Tolède. Le palais fut démantelé en 1905, et Joachim Carvallo rapporta l’un des 4 plafonds à Villandry, tandis que les trois autres sont actuellement conservés dans de grands musées internationaux. De style mudéjar, il a été réalisé par des artisans maures pour le compte de commanditaires espagnols. La reconstitution de ce plafond, fait de 3 600 pièces de bois polychrome, demanda un an de travail.
Les tableaux présentés dans cette salle montrent 4 scènes de la vie du marquis Michel-Ange de Castellane lorsqu’il était ambassadeur de France auprès de la « Porte ottomane » sous le règne de Louis XV.
Ec. française (1742) : La seconde Audience de son Excellence le comte de Castellane, le 26 octobre 1742

-Le Cortège de son Excellence le comte de Castellane à travers la cour du Sérail

-Audience de son Excellence le comte de Castellane chez le Sultan Mahmud 1er

-Le Déjeuner offert par le Grand Vizir au Divan (à droite)

En haut de l’escalier
Ec. espagnole (17e) : L’Agression de Ste Suzanne

Andrea Celesti (1637-1706) : Samson et Dalila 

Andrea Celesti : Le Jugement de Salomon 



Vues sur les jardins