samedi 18 novembre 2017

SAUMUR - château-musée



Château-musée
(département : Maine-et-Loire)

Visite le samedi 23 septembre 2017

En 1227, Saint Louis fait rehausser le fort puis, à partir de 1367, Louis 1er d’Anjou, petit-fils de Philippe VI, fait remplacer les vieilles tours rondes par des tours octogonales.
Le roi René d’Anjou, dit le bon roi René, écrivain, homme cultivé et bâtisseur de forteresse (Tarascon), améliore sensiblement le confort de l'ensemble du château qu'il surnomme le « château d'amour ». Au XVIe siècle, l'italien Bartolomeo renforce les défenses du château. Précurseur, il fit construire autour du château médiéval des défenses basses, des bastions et courtines suivant un plan en étoile étonnement moderne, un siècle avant Vauban. Le château a été immortalisé dans le manuscrit des Très Riches Heures du duc de Berry dans le folio du mois de septembre qui représente les vendanges au pied du château. 
Le Château de Saumur, façade sud. Miniature de « septembre » dans Les Très Riches Heures du duc de Berry (vers 1440, musée Condé)

Au début du XXe siècle, la ville rachète le château à l'État et le rénove progressivement, y installe le musée des arts décoratifs (donation du comte Charles Lair pour une majeure partie des œuvres exposées, céramique et mobilier) ainsi que celui du Harnachement.

Collection de tapisseries
-« Bal des sauvages » – Flandres (1470-45). Provient de l’église ND de Nantilly à Saumur

Vierge et l’enfant. Bois de cerisier polychrome (14e)

-« La Prise de Jérusalem » – Flandres (1470-1500). Dépôt de l’église ND de Nantilly. Cette tapisserie faisait partie d’une tenture appelée « La Vengeance de Notre Seigneur ».
Buste d’évêque. Noyer taillé. Pays-Bas (16e)
-autre buste. Noyer taillé. Pays-Bas (16e)

Pays-Bas (16e) : Les œuvres de Miséricorde. Bas-relief sur chêne taillé polychrome.

Anonyme (17e) : Les dix milles Martyrs du Mont Ararat

Anonyme (début 18e) : Portrait de Louise Françoise de Rochechouart-Mortemart

Anonyme (c. 1610) : Portrait présumé de Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623)

Coffre (Normandie milieu 16e) – décor de Diane et Actéon

France (16e) : St Augustin. Bois polychrome

Allemagne (16e) : St Augustin – St Étienne – St Laurent. Bois
-Anonyme (17e) : Portrait de Mlle de Blois (fille de Louis XIV)

Salle des céramiques : Rouen – Nevers – Moustiers, etc.
 
Sur les murs, ensemble de tapisseries des Gobelins (18e) : « Les Enfants Jardiniers »
(« Le grand Printemps » (3 panneaux) - et « le Printemps »)

Adriaen van Utrecht (1599-1652) : Basse-cour (1647)
-Anonyme (Venise 17e) : Vénus, Amour et un Faune

Ec. de Jan I Brueghel : Vénus dans la Forge de Vulcain

Dans le boudoir
Anonyme (18e) : Portrait de Marguerite Le Royer de Chantepie

Anonyme (18e) : Portrait de Florimond Le Royer de Chantepie


Dans l’ancienne chambre du roi René
Anonyme (début 18e) : Portrait de la duchesse de Lauzun (à gauche)
Anonyme (fin 17e) : Amour tenant un arc. Portrait présumé du comte de Toulouse

Alexis Simon Belle (1674-734) : Portrait du duc de Lauzun (c. 1710-15)

Anonyme (c. 1700) : Portrait de Philippe V, roi d’Espagne, à 16 ans

Anonyme (début 18e) : Portrait de Jeanne-Elisabeth Lelièvre Descroix de Singé





jeudi 9 novembre 2017

LA ROCHE-sur-YON



Musée municipal de La Roche-sur-Yon
(département : Vendée)

Visite du musée le mardi 5 septembre 2017

Depuis sa réouverture en 2003, le musée ne présente ses collections que par roulement lors d'expositions temporaires thématiques (quatre à cinq par an).
Le musée abrite 175 tableaux du XVIIe et XXe siècles, la majorité datant de la 2e moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Trois orientations s’en dégagent : la peinture académique de la 2e moitié du XIXe siècle (Paul Baudry (né à La Roche-sur-Yion, 1828-86), Antoine Etex, Emile Vernet-Lecomte, Henry d’Estienne) la peinture de paysage (Lancelot Théodore Turpin de Crissé, Henri Harpignies, Félix Lionnet (1832-96) , Louis Watelin, Gaston Latouche, Albert Girard) ainsi qu’un fonds vendéen (François Brillaud (1846-1916) ; Charles Milcendeau (1872-1919) ; Gustave Delhumeau (1836-1911) ; Emmanuel Lansyer (1835-93) ; Georges Sartoris (1835-1920) ; René Rousseau-Decelle (1881-1964) ; Marie Renard (1908-36) ; Jean Chevolleau (1924-1996). On note aussi un artiste rare, Roger-François Picquefeu, avec le Vieux bûcheron vosgien, huile sur toile.
La collection comporte une quarantaine d’œuvres sculptées de nature et de tailles diverses (statuettes en bronze, plâtre, terre cuite). On notera la présence d’un buste de Napoléon Ier, d’après Chaudet, ayant appartenu au duc de Reichstadt, ainsi qu’un buste sculpté par Rodin.
La collection comprend près de 3 000 pièces d’arts graphiques, dont 280 dessins originaux.

Thème lors de ma visite :
« De l’ombre à la lumière – Le musée sort de sa réserve ». Présentation d’œuvres longtemps restées en réserve.


Antoine Etex (1808-88) : Eurydice (1848). Huile sur toile

Gustave Delhumeau (1836-1911) : Femme vue de dos

Gustave Delhumeau : Hercule

Paul Baudry (1828-86) : La Lutte de Jacob avec l’Ange

Paul Baudry : Zénobie trouvée par des Bergers sur les bords de l’Araxe. Esquisse. 
La toile définitive (1886) est dans une collection particulière


Auguste Rodin (1840-1917) : Mignon (1870). Marbre

Félix Joseph Barrias (1822-1907) : La Musique champêtre. Etude pour le plafond de l’opéra. Sanguine

Paul Baudry : L’Autorité. Esquisse pour le décor de la Cour de cassation de Paris

Joseph Siffrein Duplessis (1725-1802) : Portrait présumé de Mlle Clairan. Pastel


Paul Baudry : Portrait de M. Baudry père. Père de l'artiste (1860)

-Portrait de Mme Baudry mère (1860)

Paul Baudry : Autoportrait (1866)

Paul Baudry : Portrait d’Eléonor Gardon (Mme Baudry) (1872)

-Portrait de Nino Garnier à 13 mois (1873)

Auvinet : La mère et les deux sœurs du peintre (1903)

Gaston La Touche (1854-1913) : Les Phlox (1889)

René Rousseau-Decelle (1881-1964) : La Famille préhistorique (1906)

Vincenzo Campi (1536-91) : Pescivendoli (Les Poissonniers) (1578). Œuvre récemment identifiée et restaurée.

Auguste Galimard (1813-80) : Vierge à l’Enfant (d’après Murillo)

German von Bohn (1812-99) : Marguerite (1864)

Jacques Blanchard (1600-38) : La Charité

Giovanni Francesco Penni (1488-1528) : La Vierge au Diadème bleu (d’après Raphaël)

Louis Boullogne (atel.) : Etude pour la figure d’un apôtre (17e)

De nombreux dessins, sanguines et gravures.

Paysages
Félix Lionnet (1832-96) : Le Forum (1863)

-Albert van Everdingen (1621-75) : Paysage

Jules Charles Théodore Dubois : Marine (1860)

Emmanuel Lansyer (1835-93) : Une Source en Bretagne (1868)

Paul Albert Girard (1839-1920) : Pâturage normand

Lancelot Théodore Turpin de Cissé (1783-1859) : Cascade dans les Pyrénées (1853)

Lancelot Théodore Turpin de Cissé : Il Monte Epomeo dans l’île d’Ischia (1841)

Roger-François Picquefeu : Vieux bûcheron vosgien (1897)

Ambroise Louis Garneray (1783-1857) : Combat naval

Emile Vernet-Lecomte (1821-1900) : Femme fellah portant son enfant (1864). Penture orientaliste


Au centre de la place Napoléon
Emilien de Nieuwerkerke : Statue équestre de Napoléon (1854). Bronze 



François Delarozière : Les animaux mécaniques de la place Napoléon